dimanche 12 octobre 2014

Ivoire - Mike Resnick




Disponible en poche : oui

Nombre de pages : 480


Résumé : Il y a encore plus difficile que de retrouver une aiguille dans une botte de foin : retrouver les défenses de Malima Temboz, le grand Éléphant du Kilimandjaro, trophée légendaire dont on a perdu la trace depuis plus de trois mille ans dans le fourmillement des mondes unis. C'est pourtant le défi que va relever Duncan Rojas, en cette année 6303 de l'Ère Galactique, à la demande d'un certain Bukoba Mandaka, qui se prétend le dernier des Masaïs. Sherlock Holmes d'un nouveau genre, Rojas est l'homme idéal pour retracer l'épopée des fabuleuses défenses, d'une planète, d'un propriétaire ou d'une époque à l'autre. Mais est-il sûr d'être à la hauteur des surprises que lui réservent l'Afrique et ses sortilèges ?


Avis : Intriguée par le mélange promis dans le résumé, celui de légendes et croyances africaines et de science-fiction, me voilà lancée dans la lecture de Ivoire, de Mike Resnick. Mélange assez singulier, d'autant plus que la culture africaine est vraiment très peu représentée dans les genres de l'imaginaire, que ce soit en termes de contenus, ou en termes d'auteurs. C'est donc attirée par la nouveauté que je me suis lancée dans l'aventure... et je n'ai pas regretté. 


La trame

Agréable, originale et bien imaginée, la structure d'ensemble de ce récit est vraiment plaisant. Dès le début, le lecteur est propulsé dans un tripot intergalactique, ou des parties de cartes aux mises astronomiques sont disputées entre des personnages issus de tous les horizons de la galaxie. L'ambiance, à mi-chemin entre un Cinquième élément et une ambiance de cantina à la Star Wars embarque tout de suite le lecteur au côté des joueurs. 

Et ce n'est que le début. En effet, le fil rouge, ce sont les défenses. Duncan Rojas, chargé de retrouver ces défenses pour le compte de Bukoba Mandaka, va tenter de retrouver, dans les archives, la trace de ces défenses, ainsi que de leurs propriétaires. Ainsi, le lecteur est plus souvent plongé dans ces fragments d'archive, et, par interludes assez brefs, suit les avancées des recherches de Duncan. Un peu comme une succession de nouvelles toutes reliées par un même thème. 

Il n'en résulte aucune difficulté à suivre l'histoire, toujours passionnante. L'auteur invente des contextes politiques et géographiques variés, permettant également de suivre l'évolution de l'humanité à travers les millénaires, depuis qu'elle a quitté la Terre pour conquérir les étoiles. 

En somme, une construction de récit intéressante, très bien menée, originale.


Les personnages

En ce qui concerne les personnages, là encore, l'auteur réussit un tour de force. Malgré le fait que l'on n'aperçoive Duncan et Bukoba seulement par intermittence, entre deux épisodes sur le changement de main des défenses, Mike Resnick construit malgré tout ses personnages de manière très intéressantes. Les personnes inventées pour les besoins d'un fragment d'archive sont rapidement présentés, mais toujours crédibles et emprunts d'une vraie personnalité. Quant à Duncan et Bukoba, au fil de l'avancée dans l'histoire, ils passent du statut de personnage fade et sans passion pour le premier, et mystérieux et antipathique pour l'autre, à celui de protagonistes auquel le lecteur va réellement s'attacher, en découvrant leurs failles, leur fragilité et leur histoire. 


Le style

Quant au style, le tout est narré de fort jolie manière. On sent un style propre à l'auteur et non pas une écriture simplement efficace, et c'est aussi ce qui fait le charme du récit. 


Le mot de la fin...

A l'issue de ce récit, je suis ressortie totalement enchantée. Récit qui finit sur la note d'une fabuleuse légende, menée d'un bout à l'autre de main de maître. Récit qui laisse un sillage un brin mélancolique lorsque l'on referme le livre. Un auteur et un titre à découvrir au plus vite. 



Excellent !

lundi 6 octobre 2014

Eternité, tome 1 : Le prix d'Alaya - Magali Ségura

Disponible poche : oui

Nombre de pages : 480

Résumé : Naslie est une simple sorcière Mineure. Pourtant, elle est l'Elue. Les Dieux lui ont confié la graine de l'Eternité, et elle a décidé d'en faire don à sa terre, desséchée par le sel, où l'eau est un précieux trésor. 

Neuf ans après son choix, elle craint toujours la vengeance de l'Ancien, un puissant sorcier qui convoitait la graine d'Eternité. Elle fuit sans cesse avec son fils Jelis, âgé de huit ans, qui ignore tout de ses origines. Décidé à retrouver son père et à réunir ses parents, l'enfant fugue. Il ignore les périls qui le guettent : nombreux sont ceux qui pourraient vouloir sa mort, car son existence pourrait bien bouleverser l'équilibre de son monde : il est le fruit des amours d'une sorcière et d'un guerrier, de la Magie et de l'Acier. Deux puissances censées ne pas s'apprécier.


Avis : A la base, c'était Leïlan, de la même auteure, que je projetais de lire. Mais c'est finalement Eternité qui a croisé ma route, le résumé et la couverture me plaisaient davantage (bien qu'il soit contre mes habitude de céder aux sirènes éditoriales). C'est finalement une lecture commune qui m'a précipitée dans la lecture de cet ouvrage.

Alors, que dire ? Concernant les personnages quant à eux, sont assez inégaux. Les deux héros, Naslie et Yshem, sont un brin caricaturaux aussi bien physiquement que dans leur rôle de parents. De même que le luminis, nommé Babache, et son petit maître, Jelis. Les antagonismes entre les personnages sont trop marqués, et les personnalités manquent malheureusement de nuances. Ainsi, les gentils sont héroïques et emplis d'abnégation, et les méchants sont pervers, cruels, malsains et sans pitié. Et quand l'ensemble est trop manichéens, forcément, il manque au final une touche de réalisme et d'humanité qui attente à la crédibilité des personnages. Pourtant, certains d'entre eux sont fort sympathiques, notamment la vieille Anha et sa grande famille, ou encore certains guerriers de l'Acier.

Vis-à-vis de la trame générale, l'idée de base était bonne et pas trop mal imaginée, celle d'un monde maudit par les dieux, et fondé sur l'équilibre entre la Magie, et son contre, l'Acier. La faune et la flore sont intéressants, de même que les paysages évoqués par l'auteure, qui tire plusieurs fois des ficelles intéressantes. Mais sans toutefois les explorer jusqu'au bout, et aboutit finalement à une histoire un brin dérisoire, celle d'un enfant qui tente de réunir ses parents. Tout ça pour ça. Certains passages sont un peu tirés par les cheveux ; ainsi, on se demande pourquoi Naslie, condamnée à mort, traquée et garante de la sécurité de son enfant qu'elle aime tant, déploie autant d'énergie à retourner sur les lieux de son enfance, où elle sait que le danger mortel de ses frères haineux la guette. Tout ça pour clouer un scarabée sur la tombe de sa nourrice assassinée, et se retrouver dans un état de faiblesse qui lui permettra difficilement de se tirer de la poursuite.

Cet ensemble est porté par un style assez peu évocateur, qui se contente de narrer sobrement les aventures de Naslie, Yshem et Jelis. L'auteure parvient tout de même à dépeindre des scènes intéressantes,  vivantes, crédibles du monde dans lequel évoluent les personnages. Malgré tout, le texte est parfois lourd, peine, traîne inutilement (le temps qu'Yshem met à comprendre que Jelis est son fils est complètement caricatural), si bien que l'aventure pédale souvent dans la mélasse et perd de temps en temps l'attention du lecteur.

Au final, de quelques ratés résulte malheureusement un l'ensemble au goût insipide, qui ne me donne pas spécialement envie de connaître la suite : malgré certaines qualités de son récit, l'auteure n'a pas su susciter chez moi un intérêt pour le devenir des personnages (sauf peut-être pour celui de Babache). Une aventure que j'ai traversé sans éprouver de grandes émotions. Je ne déconseille pas, pas plus que je ne conseille. A lire lorsque l'on ne sait vraiment pas quoi lire.



Bof...

samedi 4 octobre 2014

Book Quest Challenge




L'ourse se réveille...

Allez hop, comme a son habitude, le blog, après un temps d'hibernation plus ou moins long, reprend de l'activité. Activité cette fois motivée par la découverte du Book Quest Challenge. Une véritable bonne idée qui me relance dans la nostalgie des billets et me redonne envie d'en poster. Plein. Enfin, ça dépendra du temps dont je dispose, car comme d'habitude, je fais plein de trucs, je suis enthousiaste pour tout. Mais au bout d'un moment, ça fait beaucoup. Bref. J'espère mener l'aventure jusqu'au bout, parce que ça donne envie.


Book Quest Challenge, qésako ?

Alors, le Book Quest, c'est une production Agna's World Book, et ça fonctionne comme un jeu de rôle. Avec des quêtes, des choix à faire, un perso à inventer, et tout le tremblement des joyeusetés qui nous rappellent nos parties de Loup Solitaire and co. L'occasion était trop belle, je me suis jetée dessus. Bravo à Agna et ses coéquipier pour l'initiative, et merci à eux de nous proposer cette aventure originale.

Sur ce, je me lance dans l'aventure. Les lecteurs peuvent choisir le thème de leurs quêtes (fantasy, fantastique, science-fiction, BD/manga, romance, thriller). Mon coeur, comme toujours, balance entre la fantasy et la science-fiction. Mais comme la SF ne semble pas prise pour l'instant, je lui donne donc ma préférence. 


Mon personnage

A moi, bidouillé comme j'ai pu avec mes nullissimes dons en Gimp.


Une fois les présentations faites... c'est parti pour l'aventure !



Quête n°1


Lannis était à table avec sa famille. Comme tous les soirs, sa mère questionnait son père sur sa journée de travail et lui en faisait de même avec elle avant de s’intéresser à la journée de leurs deux enfants. C’était en quelque sorte une routine qui s’était installée au fil des ans.

            – … vivement qu’on finisse cette commande.

            Le père de famille avala sa bouchée.

            – Et toi Lannis ? Comment s’est passée ta journée ? demanda-t-il.

            Le passage en revue de la journée de sa mère était visiblement terminé. Lannis se redressa légèrement sur sa chaise avant de répondre.

            – Bien. Une journée de cours comme une autre. Elle termina son verre d’eau et se leva de table. J’ai du travail, il vaut mieux que je monte. Merci pour le repas. Bonne nuit, ajouta-t-elle en souriant avant d’embrasser tout le monde sur la joue.
            – Bonne nuit chérie, répondit sa mère.

            Lannis monta dans sa chambre et s’attela à ses devoirs. Son professeur de littérature leur avait demandé de lire les chapitres consacrés à l’Instabilité du pétrole dans leur livre de cours. Cinquante pages étaient dédiées à ce catastrophique évènement qui avait mis fin à toute une période de l’Histoire.


[Quête n°1 : Une page de l’Histoire
Objectif : lire 500 pages du genre choisi
Récompense : Passage au niveau 2]