samedi 21 avril 2012

Hunger Games - Suzanne Collins

Résumé : Dans chaque district de Panem, une société reconstruite sur les ruines des Etats-Unis, deux adolescents sont choisis pour participer aux Hunger Games. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l'épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an. Katniss et Peeta sont les "élus" du district numéro Douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée. Alors que les candidats tombent comme des mouches, que les alliances se font et se défont, Peeta déclare sa flamme à Katniss. Calcul ? Tout est possible, et surtout, tout est faussé aux Hunger Games.

Avis : Rendue sceptique par plusieurs lectures de livres considérés comme géniaux, mais qui m'avaient déçue (Le Nom du vent, de Rothfuss, Légende, de Gemmell...), Hunger Games faisait partie de ces bouquins qui m'intriguaient et me rendaient méfiante à la fois. Les opérations marketting de grande ampleur me font généralement fuir, mais, paradoxalement, j'ai souvent envie de lire ces livres dont tout le monde parle histoire de me faire ma propre idée.

Au final, Hunger Games est un ouvrage qui se lit aisément. Le style est fluide, plaisant, et bizarrement, ne m'a pas donné cette impression artificielle que me donnent presque toujours les livres sur-médiatisés. Le vocabulaire est riche, la syntaxe nickelle, et l'ensemble insuffle à l'histoire un aspect tout à fait prenant. Les personnages sont travaillés, et aucun de ceux qui nous est présenté n'est laissé de côté. Chacun a ses défauts, ses qualités, ses questionnements, ses particularités. Des candidats aux Hunger Games jusqu'aux personnes représentant le Capitole, Suzanne Collins offre à ses lecteurs une palette de personnages riche, haute en couleur et très intéressante. Aucun personnage n'est réellement manichéen, et  l'ambiguïté de certains d'entre eux rajoute à la réussite de l'ouvrage. On pensera par exemple à Effie Trinket, à Cinna ou à Caesar Flickerman.

Du côté du déroulement de l'histoire, Suzanne Collins entraîne son lecteur dans une histoire passionnante du début à la fin et qui, contrairement à ce que l'on aurait pu craindre, ne se centre pas sur le spectaculaire des combats et de la mort des candidats. L'auteure prend son temps pour détailler avec talent l'univers des districts et du Capitole, où tout n'est qu'apparence, spectacle et voyeurisme, et poser ses personnages.

Le jeu des Hunger Games est décrit de manière haletante ; le lecteur prend le temps de connaître et de s'attacher - un peu - à chacun des candidats. Certains passages tombent un peu trop dans la facilité : Katniss, l'héroïne, n'est pas amenée à tuer réellement, et quand elle le fait, le lecteur ne saura pas grand-chose de ses états d'âme. De ce côté, le livre manque un peu de profondeur, mais le lecteur le pardonnera facilement à l'auteure, en regard de tout le reste. Le côté "survie" de l'histoire et le jeu de déduction et de ruses dans lequel se lance Katniss, pour s'en sortir et en même temps séduire le public, font partie de ces éléments qui rendent l'ouvrage très difficile à lâcher.

Contrairement à ce à quoi je m'attendais, Hunger Games est un livre jeunesse réussi, qui présente une société du spectacle rongée par le culte de l'apparence, de la distraction et du confort, et qui ne s'attarde pas de manière complaisante sur la mise à mort des personnages. Le style d'écriture est de qualité honorable, et les quelques facilités employées par l'auteure lui seront vite pardonnées. En bref, un livre  prenant et de qualité... que je conseille aux derniers irréductibles ;)


C'est du bon !

La Ballade de Pern - Intégrale 1 - AnneMcCaffrey

Résumé : Des milliers de colons humains ont trouvé refuge sur Pern, une planète très riche semblable à la Terre. Ils souhaitent y créer une société égalitaire et pastorale, et décident de laisser derrière eux toute forme de technologie. Les hommes decouvrent peu à peu qu'ils ne sont pas seuls : sur Pern, vivent de grands lézards qui ressemblent aux dragons des légendes, et des dauphins très intelligents avec lesquels ils vivront en harmonie. Mais après des décennies de vie paisible, les Pernais devront affronter une incroyable menace venue de l'espace : les Fils. Ces filaments tombent du ciel et détruisent tout sur leur passage. Et ce, tous les 150 ans, tel un cycle infernal. Les hommes parviennent alors à chevaucher les dragons pour détruire les Fils.  

Avis : Après un bout de temps à jeter des coups d'oeil intéressés vers la célèbre saga de science-fantasy La Ballade de Pern, j'ai enfin pris le temps de découvrir l'univers d'Anne McCaffrey. Cette intégrale est composée de trois tomes : L'aube des dragons, Les dauphins de Pern et L'oeil du dragon. D'après ce que j'ai pu voir, l'ordre de parution initial des tomes n'est pas respecté, l'éditeur a préféré privilégier un aspect chronologique vis-à-vis de l'univers de Pern. 

Alors, au final, que penser de cette entrée en matière ? En premier lieu, il faut dire que, en regard du renom de cette saga, j'ai été plutôt déçue du voyage. Les trois tomes se résument au récit de l'évolution de la population pernaise. On s'attarde donc sur la manière dont les colons s'installent, sur leur découverte du monde et leur redécouverte de choses oubliées, sur leur avancée dans la colonisation du territoire. Certes, le monde présenté au lecteur est riche, bien imaginé, documenté, les descriptions sont précises et logiques ; Anne McCaffrey décrit à merveille un nouveau monde qui possède ses propres lois, ses espèces, un peuple qui se bat pour s'adapter, avec ingéniosité, à un monde qui se révèle plus hostile qu'ils ne le pensaient. 

Le problème majeur réside dans le fil rouge des trois tomes : dans chacun des trois, aucune véritable intrigue n'est développée. On raconte l'histoire de Pern, et c'est tout. Concernant le premier tome, L'aube des dragons, ce souci passe très bien. L'auteur raconte une installation, la découverte des dragons, les découvertes des colons. Bon. Mais le phénomène se renouvelle également pour les deux tomes suivants. Ce n'est pas inintéressants, mais à la longue - l'intégrale comporte plus de 1200 pages - , ça devient lassant. 

Deuxième souci majeur : le traitement des personnages. Ce même défaut qui m'avait fait ne pas aimer du tout la saga des Hérauts de Valdemar : les gentils sont vertueux, beaux, généreux et j'en passe. Les méchants sont souvent moches, fourbes, sadiques... et surtout, on a l'impression que c'est une tare qui se transmet (on retrouve souvent des méchants dans les descendants des méchants des premiers tomes). Bref, c'est fort ennuyeux,  parce que cette vision totalement simpliste et bien trop tranchée du bien et du mal empêche un vrai développement de la psyché des personnages. Aucun d'eux n'est ambigu, ne se pose de questions sur ses actes. 

Certains personnages censés être adultes ont de vrais comportements de gamins immature, se posent des questions totalement futiles (je me suis fait blesser, c'est ridicule, est-ce que mon conjoint m'aime toujours ?). Et ce sont les dirigeants qui représentent les personnes "censées". Les relations hommes-femmes sont déplorables, on sent parfois des relents paternalistes par vraiment appréciables ; pour exemple, une des femmes dirigeante du roman, Zulaya, n'autorise son conjoint à le devenir que quand il donne une pleine démonstration de sa virilité en la "forçant" à l'embrasser. On se pose également des questions sur les relations des gens involontaire, puisqu'il apparaît que ce sont les couples de dragons qui déterminent des relations entre les maîtres. 

Enfin, certaines idées véhiculées dans le dernier tome, L'oeil du dragon, ne m'ont pas plu du tout et ont achevé de me décourager totalement de poursuivre ma découverte de Pern. En plus de cela, malgré les rééditions dont les tomes de Pern ont sûrement dû faire l'objet, mon ouvrage comportait un nombre non négligeable de coquilles et de tournures syntaxiques bizarres. 

En somme, un livre qui j'ai apprécié uniquement pour l'univers développé, et les aspects "scientifiques" développés par l'auteure. En revanche, les personnages simplistes, les intrigues inexistantes et les idées un peu douteuses ne m'ont pas du tout convaincue. La Ballade de Pern est sans doute très connue, mais j'ai personnellement trouvé l'ensemble très moyen. Divertissant, mais pas indispensable...


Appréciation

Bof...



mercredi 11 avril 2012

Les Ames vagabondes - Stephenie Meyer

Résumé : La Terre est envahie. L'humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Mélanie Stryder vient d'être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l'être qui tente de la posséder. Quelque part, dans le désert, il y a un homme qu'elle ne peut pas oublier. L'amour pourra-t-il la sauver ? 


Avis : Un bouquin qui traînait dans mes étagères. Je ne suis pas du tout fan de Twilight, et la perspective de me plonger dans cet ouvrage ne m'enchantait guère. Après que l'on m'ait assuré que Les âmes vagabondes était mieux que la saga sur les vampires du même auteur, et que l'on y trouvait quelques clins d'oeil à des classiques de science-fiction, je l'ai acheté. Encore aujourd'hui, je me demande ce qui m'a pris, sachant que j'avais déjà eu l'occasion malencontreuse de me frotter au "style" de madame Meyer...

Alors certes, objectivement, c'est réellement mieux que Twilight. Le récit reste cul-cul, mais malgré quelques maladresses et passages poussifs, l'histoire se tient, et le style est fluide, plaisant et aisé à suivre. En revanche, on retrouve le même problème que dans de plus en plus de livres, assez exaspérant : il faut expliquer, justifier, tout raconter en long, en large et en travers, des fois que le lecteur serait trop bête pour comprendre certaines choses. Alors certes, il faut développer, pour qu'un univers créé paraisse cohérent, mais tout justifier sans cesse, et ne jamais tenter la subtilité et l'implicite donne un aspect fadasse à beaucoup de récits, dont celui-ci.

Du point de vue du contenu, du scénario, Les Ames vagabondes est très, très light. Les personnages sont sympathiques, mais n'ont pas de réelle profondeur. On a la fougueuse Mélanie, indomptée, la (trop) vertueuse Vagabonde, à la limite de la niaiserie (ceux qui auront lu Twilight reconnaîtront sans doute le même "schéma" de personnage que celui de Bella)... et puis les gentils et les méchants. Oui, c'est rapide, mais malheureusement, c'est aussi tranché dans le bouquin ; aucun personnage n'est ambigu, ne se pose de questions réellement intéressantes. Les gentils sont gentils, les méchants sont méchants, et on s'arrête malheureusement là. L'auteure n'a pas peur des caricatures, tant dans la présentation de ses personnages que dans le déroulement de beaucoup de scènes.

Enfin, dernier grief... le côté science-fiction. Bon, certes, je ne m'attendais pas à de la "vraie" SF, mais à un prétexte pour présenter une romance un peu cul-cul. Ça n'empêche cependant pas d'être déçu : la présentation des différentes planètes visitées par les âmes est plutôt pauvre et peu imaginative. Pour le coup, on tomberait plus dans la fantasy que dans la SF.

Cela dit, ne m'étant pas attendue à grand-chose de très probant, je n'ai pas été déçue à proprement parler. L'histoire se lit sans déplaisir malgré quelques points du récit un peu trop stagnants. Un livre que je ne conseille pas, mais qui tient à peu près la route. A lire quand on n'a pas envie de faire marcher ses neurone...


Appréciation

Bof...