dimanche 29 janvier 2012

La Puissance de Carthage (Le Livre de Cendres, tome 2) - Mary Gentle

Résumé : Prisonnière à Carthage, où le soleil ne brille plus depuis longtemps, Cendres n'a jamais été aussi près du Golem de Pierre. Pourtant, simple esclave, sa vie ne tient plus qu'à un fil. Au plutôt au bon vouloir des amirs wisigoths. Ceux-ci, et leur Faris, ont presque achevé leur croisade contre la Chrétienté et seule la Bourgogne leur résiste encore. Prête à tout pour survivre et retrouver la compagnie du Lion, Cendres découvrira-t-elle le secret de ses voix ?


Avis : Ce deuxième tome du Livre de Cendres s'ouvre sur la captivité de Cendres et narre aux lecteurs sa captivité, ainsi que sa découverte de la capitale wisigothe, Carthage. On y découvre les intrigues politiques des "ennemis de la Chrétienté", et surtout, le fameux Léofric, possesseur du Golem de Pierre et "créateur" de la Faris, le capitaine de l'armée wisigothe, par l'intermédiaire d'un élevage d'esclave.

Le premier tome laissait un peu les lecteurs sur leur fin, en leur proposant une histoire travaillée et de qualité, mais un peu trop statique. Ce deuxième tome, plus dynamique, permet à la tétralogie de prendre son essor, et entraîne le lecteur dans une série d'événements passionnants et cruels. Le devenir de Cendres au sein de la maison Léofric est de plus en plus incertain, et il apparaît que son sort sera également lié aux intrigues politiques des grands seigneurs.

Certaines scènes sont assez dures, et la prose de l'auteure parvient à merveille à plonger le lecteur dans les mêmes affres que Cendres ; la peur et la détresse, le désarroi de trouver des amis chez ses ennemis, l'allégresse des combats. Porté par une plume précise et cultivée, mais également fluide et agréable à suivre, le texte narre les aventures de l'héroïne aux cheveux d'argent avec maestria.

De nouveaux personnages font leur apparition - l'amir Léofric, le harif Aldéric, quelques soldats, des esclaves avec lesquels Cendres va se lier - , on en retrouve, qu'on avait quittés à Auxonne, à la fin du Livre 1. Je ne résiste pas au plaisir de vous révéler que l'on retrouve brièvement le comte d'Oxford, John de Vere, que j'apprécie particulièrement. Et à chaque fois, c'est avec le même plaisir qu'on les suit, chacun avec ses contradictions, ses interrogations, les problèmes liés à sa condition. En parallèle, l'évolution des découvertes de Ratcliff et les déboires qu'il rencontre renforcent encore l'envie d'en savoir plus : on sent qu'il y a anguille sous roche auprès des autorités militaires quant à la découverte de ce pan de notre "histoire" qu'est celui de Cendres, et qui ne devrait pas exister...

Mary Gentle distille avec brio le fruit de ses recherches, sans assommer son lectorat de termes et de précisions historiques. L'ensemble est au contraire intégré au quotidien des personnages, de manière à apporter un vrai plus dans les passages importants - ceux des batailles notamment -, sans donner l'impression d'assister à un cours d'histoire, et les éléments les plus obscurs sont expliqués simplement. C'est avec le même talent que l'auteure met en scène des personnages humains, pas manichéens, gouvernés par leurs émotions, hantés par leurs démons, montrés autant dans leurs aspects les plus crasses que dans leurs aspects victorieux.

En somme, un tome 2 intéressant, dynamique... brillant, qui répondra à quelques unes des questions posées dans le tome 1, mais amènera chez le lecteur - et les héros de ce récit - de nouvelles interrogations. Le premier tome laissait présager d'une bonne saga, le deuxième tome le confirme : Le Livre de Cendres est un récit de très bonne facture, à découvrir de toute urgence !


Appréciation

Coup de coeur

mercredi 18 janvier 2012

La Guerrière oubliée (Le Livre de Cendres, tome 1) - Mary Gentle

Résumé : 1476. Gênes est à feu et à sang. Les Carthaginois et leurs golems maléfiques ont envahi le sud de l'Europe afin de détruire l'empire de Frédéric de Habsbourg. Une nuit éternelle les accompagne. Rien ni personne ne semble en mesure de les arrêter. Pourtant, une femme de dix-neuf ans, capitaine d'une troupe de mercenaires, va se dresser sur la route de l'envahisseur. L'histoire a oublié cette guerrière au visage couturé et aux cheveux trop blonds. Elle s'appelait Cendres, et la légende dit qu'elle était plus farouche que le lion et guidée par la voix d'un saint. 


Avis : Voici venir la critique d'une saga qui m'interpellait depuis longtemps : Le Livre de Cendres, une uchronie basée sur la fin de  notre XVe siècle, et sur laquelle j'avais pu lire des critiques élogieuses. A travers cette histoire, Mary Gentle imagine le travail d'un universitaire, Pierce Ratcliff, qui aurait découvert l'existence d'une guerrière femme oubliée par l'Histoire avec un grand H. Et c'est le travail de cet universitaire que le lecteur est invité à lire. 

La trame du récit prend ainsi pied dans notre histoire réelle, comme toute uchronie qui se respecte, et met en scène une "Europe" envahie par une armée wisigothe, aidée d'une magie ou technologie étrange : les golems. Cendres, capitaine d'une troupe de mercenaire au service de l'empire Habsbourg, va être confrontée à cette armée, et à son chef, qui présente de nombreux et étranges points communs avec elle. Dans cette histoire, l'auteure mêle avec succès une trame de fond historique soignée, travaillée et documentée, et la fiction ; sans cependant tomber dans le rébarbatif. Les quelques mails échangés entre Ratcliff et sa directrice de recherche éclairent avec subtilité le lecteur sur les points qui ne font pas partie de notre histoire, chose nécessaire tant le fil principal est travaillé avec brio.

Les personnages sont tout aussi réussis. Cendres, la femme mercenaire, la chef, confrontée à une société d'homme, un environnement violent, habitée par des voies qui lui indiquent comment agir sur le champ de bataille, possède une réelle présence et un caractère suffisamment frappant pour en faire une "vraie" figure historique. Godfrey, le prêtre informateur, Florian, le chirurgien, Angelotti, le canonnier, ou encore Robert Anselm, le bras droit de Cendres ; sont autant de personnages auxquels l'on s'attache. La troupe des mercenaires et son quotidien contribuent à donner toute sa dimension et sa crédibilité à l'histoire.

Le style traduit lui aussi le travail de l'auteure et la qualité du texte. Véritable instrument, Mary Gentle sait donner à sa plume des tons et des formes différentes pour s'accorder aux différents documents "historique" que Ratcliff traduit peu à peu. Les premières pages sont laborieuses et comme déconnectées du reste de l'ouvrage. Le corps du texte, quant à lui, se lit plus aisément. Efficace, précise, imagée, riche, la prose de Gentle est agréable à découvrir et sert tout à fait l'histoire qu'elle propose à son lecteur, et l'aspect "travail de recherche historique" est exploité avec talent.

Le seul "défaut" - qui n'en est pas vraiment un - du récit restera sans doute sa lenteur. Tout au long du texte, on sent que ce premier tome sert principalement à jeter les bases de ce qui va suivre. Et si c'est avec plaisir que l'on découvre qui est Cendres et dans quel contexte troublé elle va devoir évoluer, on éprouve cependant des difficultés à rentrer totalement dans l'histoire, à s'y investir, à s'y plonger.

Un ouvrage assez particulier donc, mais de réelle qualité. A conseiller aux bons lecteurs, ou en tout cas, à ceux qui n'ont pas trop peur de se lancer dans un premier tome un peu lent.


Appréciation

Excellent !


mardi 17 janvier 2012

Challenge 12 mois = 12 livres



Un nouveau challenge engagé pour cette année. Il s'agit du livre 12 mois = 12 livres, imaginé par l'équipe de La Magye des mots. Il convient de lire, pendant le mois concerné, un livre en rapport avec le thème qui lui correspond. Nous aurons donc lire des ouvrages en rapport avec :


Janvier - Hiver (facultatif)
Février - Amour
Mars - Les changements
Avril - Tout pour la liberté
Mai - Une couverture printanière (fleur, couleur verte, arbre...)
Juin - Découverte d'une nouvelle saga
Juillet - Les enfants
Août - Les vacances
Septembre - Titre d'un livre commençant par R
Octobre - Halloween
Novembre - Titre d'un livre commençant par la lettre N
Décembre - Thème libre


La liste peut être faite au fur et à mesure ; en ce qui concerne le Vallon, le livre à venir pour le challenge sera annoncé à la fin du mois précédent dans le menu de droite.

vendredi 6 janvier 2012

En des lieux obscurs (Phaenomen tome 3) - Erik L'Homme

Résumé : Ils ont fui la clinique où ils étaient enfermés. Ils ont échappé aux tueurs à gages lancés à leur poursuite et semé la panique au sein d'organisations aussi puissantes que mystérieuses. En cherchant à savoir qui ils sont vraiment, ces quatre adolescents hors normes ont déjà dérangé l'ordre du monde. Mais, pour eux, l'heure est venue de découvrir le secret le mieux gardé de l'histoire de l'humanité. L'inimaginable est là, au bout du chemin, en des lieux obscurs. 


Avis : Profitons de l'élan initial, et bouclons la saga. Voici donc la dernière chronique, sur le tome trois de la série Phaenomen, écrite par Eric L'Homme. Je vous avait quittés, lors de la critique du précédent volume, sur une pointe de déception. On ne peut malheureusement pas vraiment dire que ce dernier opus aura ravivé mon intérêt. 

Dans le tome 2, le lecteur avait ainsi quitté Claire, Violaine, Nicolas et Arthur au Chili, après la découverte d'un coffre templier apparemment vide, et la lecture d'une lettre les orientant vers l'organisation secrète des Majestic, et surtout, vers une nouvelle destination : les Philippines. Et ce en compagnie d'un nouvel ami: Goodfellow, sauvé des mains des méchants par une entité inconnue. Si le tome 2 restait agréable à lire malgré pas mal de facilités, ce tome 3 donne à l'histoire une impression d'improbabilité plus grande encore. Les désormais cinq protagonistes, recherchés de tous côtés, parviennent une fois de plus à glisser entre les mailles du filet et à rejoindre les Philippines. 

Les coupures multiples, pour suivre le petit groupe, puis une association secrète, puis une autre, puis Clarence, puis untel autre, et qui étaient dosées relativement correctement dans le tome 2, deviennent dans ce tome 3 assez insupportables et trop fréquentes pour que l'attention puisse se concentrer sur l'histoire des héros. Un peu comme une sorte de zapping perpétuel et fatigant, auquel s'ajoute à chaque fin de chapitre un texte plus ou moins long sur un peu tout et n'importe quoi (la video-surveillance, des préceptes, les complots...), pas forcément inintéressants mais, au bout d'un moment, un peu lassants.

Les découvertes faites par nos héros ne contribuent pas non plus à relever l'intérêt du lecteur pour l'histoire. Le thème des Templiers passait encore, bien qu'un peu capillotracté. Mais rajouter en plus des complots dans tous les sens au point que l'on ne comprenne plus qui a fait quoi et qui est qui, une histoire de monde parallèle, une porte vers l'enfer et le paradis, perdue puis retrouvée et à laquelle manque une clé, des dragons et j'en passe ont sans doute été les gouttes de trop. Au tout début de l'histoire, les explications étaient plutôt cohérentes, intéressantes et donnaient envie d'en savoir plus. Mais plus le récit avançait, plus j'ai eu l'impression d'avoir plongé dans un noeud d'embrouilles de plus en plus incohérent et moyennement maîtrisé. Les idées de départ étaient intéressantes, mais elles n'ont pas forcément été très bien exploitées. En plus de certains éléments dont on ne comprendra pas vraiment le sens et l'utilité : les titres de chapitres en latin (à par que ça fait plus mystérieux, secret, occulte, mais le procédé est tout de même assez moyen...).

La facilité de nos héros à avancer dans leur enquête est, de fait, de plus en plus déconcertante, les rebondissements sont de moins en moins intéressants, les liens entre Nicolas, Violaine, Claire et Arthur bizarres et sans vraiment d'explication plausible. Le seul personnage auquel j'aurai réussi à accrocher est Clarence. L'aboutissement de l'histoire, quant à lui, n'est pas vraiment surprenant. Un peu foutraque quoiqu'un peu plus relevé que ce qui aura précédé, mais sans nécessairement parvenir à laisser le lecteur sur une note positive. La plume d'Erik L'Homme reste pourtant fluide et facile à lire, mais manque à certains moments d'un quelque chose qui aurait pu malgré tout entraîner les lecteurs dans le trip. 

En somme, une trilogie qui avait sympathiquement commencé mais qui se termine, en ce qui me concerne, par une grosse déception. Peut-être d'autant plus marquée qu'elle contraste avec d'autres lectures que j'avais énormément appréciées de cet auteur et que je conseillerais plus que la présente saga : Le Livre des étoiles et Les Maîtres des Brisants. Quoiqu'il en soit, des ratés, ça arrive à tous (sans compter la part de subjectivité inévitable de cette critique), j'espère juste que ma lecture de A comme association sera plus enthousiaste ;)


Appréciation :
Bof...

Plus près du secret (Phænomen, tome 2) - Erik L'Homme

Résumé : Handicaps ? Pouvoirs surnaturels ? Les troubles dont souffrent Violaine, Claire, Nicolas et Arthur en ont fait des marginaux. Persuadés qu'il existe un lien entre leur état et l'existence d'une vie extraterrestre, ils mènent l'enquête de Londres jusqu'en Patagonie. Mais quels intérêts supérieurs menacent-ils ? Quelle est cette mystérieuse organisation qui lance contre eux ses tueurs à gages ? Les quatre adolescents vont l'apprendre à leurs dépens : plus près du secret, c'est aussi plus près du danger... 


Avis : Me revoilà plongée dans la saga, que j'avais laissée en repos quelque temps. Après ma lecture enthousiaste du tome 1, je me suis donc plongée dans le tome suivant, Plus près du secret. Un tome qui m'a plus, mais que j'ai trouvé légèrement en deçà du tome précédent.

Le lecteur retrouve donc Nicolas, Violaine, Claire et Arthur, qui vivent dans les sous-sols de Paris et cherchent désormais à trouver pourquoi les événements survenus sur la Lune sont si importants, et surtout, se cherchent eux-mêmes, à comprendre qui ils sont et d'où proviennent leurs pouvoirs. Si le style de l'auteur est toujours aussi fluide et agréable à lire, la trame, en revanche, comporte divers points qui laissent plutôt sceptique. Le lecteur suit donc les aventures des enfants, qui vont trouver le moyen d'aller en Angleterre interroger un vieil homme, soit, pourquoi pas. Puis, les 4 enfants vont partie pour le Chili, à la poursuite d'un improbable secret templier (la piste leur aura été fournie par le vieil homme).

Là, il faut dire que les choses prennent une tournure un peu moins crédible. Quatre mômes paumés et recherchés prennent l'avion pour un voyage outre-atlantique passe déjà un peu moyennement à mes yeux. Erik L'Homme tourne certes les choses de manière crédible, mais on est en droit de rester dubitatif. Mais le plus décevant restera sans doute l'apparition desdits templiers, d'une théorie du complot et d'agences américaines "méga-secrètes" assez peu crédibles, et surtout, un peu "too much".

En dehors de la trame qui se délite, le lecteur aura tout de même le plaisir de retrouver Clarence, un mercenaire dont on ne comprend pas très bien d'où il tient ses ordres, mais qui semble protéger de loin les quatre enfants. Le personnage est bien construit, charismatique, et le lecteur prendra plaisir à le retrouver. En revanche, à nouveau, quelques petits problèmes surgissent au niveau du comportement des enfants, et surtout de Violaine et de ses sautes d'humeur, vraisemblablement liées à son pouvoir ; explication qui une fois de plus, n'aura pas vraiment convaincu votre humble chroniqueuse.

En somme, l'histoire tient plus ou moins la route, les personnages sont plus ou moins crédibles. Il n'y a certes pas de réelle déception à la lecture de ce deuxième tome, en revanche, il y a ce que j'appelle de trop nombreux "claquements de doigts narratifs". Les rebondissements maintiennent l'attention du lecteur et l'histoire est plaisante, mais dans l'ensemble, plus on avance dans l'histoire, plus on a l'impression que ce qui donne à la trame de base sa crédibilité se délite peu à peu.


Appréciation :
Sympa